Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les chemins de la culture

Les chemins de la culture

Philosophie, économie, politique, littérature, la culture rendue accessible à tous

Le sens sauve l'homme avec l'interprétation

Interpretation.jpgL’interprétation est une médiation entre un objet dont la compréhension n’est pas immédiate et le sujet apte à comprendre. Le professeur de philosophie par exemple est un interprète lorsqu’il s’essaie à restituer à ses élèves le sens d’un texte de prime abord abscons. Le juge est également un interprète quand il fait appliquer la loi, c’est-à-dire faire d’une règle générale l’issue d’une problématique particulière. Le psychanalyste interprète aussi en signifiant à une conscience ce qui lui échappe, soit l’inconscient. L’acteur encore, s’interpose entre l’auteur et le spectateur, pour livrer une œuvre. Interpréter, c’est ainsi être initialement dans un entre-deux, entre une origine et une destination, et en interprétant on réalise le chemin qui va de la première à la seconde. Présenter de la sorte, l’interprète va chercher un sens pour le restituer ensuite. Cela suppose que ce sens soit  préexistant à l’interprétation, et que le bon interprète est celui qui sera le plus fidèle dans sa restitution au sens originaire. Mais ne peut-on pas dire aussi qu’aucun sens n’existe en dehors de toute interprétation ? Que tout ce qui est sensé est interprétation ? Que le sens se construit avec et par l’interprétation ? Qu’en dehors de l’interprétation, point de sens, que de l’absurde ? Si tel est le cas, l’interprète est bien plus qu’un relais ; il est le maître. Il n’est pas seulement l’acteur ; il est aussi l’auteur. Il n’est pas seulement le psychanalyste ; il est aussi l’inconscient. Il n’est pas seulement le juge ; il est aussi la loi…Voilà peut-être une position quelque peu extrême car elle induit l’inexistence de toute référentiel, ce qui n’est pas vrai. Il y a bien le corpus qui participe de l’interprétation. Mais ce corpus est aussi le résultat d’interprétations antérieures à sa constitution, qui elles-mêmes sont le fruit d’interprétations...

Que l’interprétation soit une visée transcendantale ou une production immanente, l’homme interprète. Il lui faut donner du sens à tout ce qui est. C’est la condition de sa survie. On ne peut vivre continuellement dans l’absurde. Le sens sauve l’homme, avec l’interprétation pour le connaître ou le produire.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Catherine B 23/07/2011 09:45


Si on va plus loin on pourrait donc bien dire que l'essence précède l'existence pour que l'interprétation soit juste.. Car où l'être humain va-t-il puiser son interprétation commune ? A moins que
l'analyse, résultat des interprétations en soit la source et l'interprétation serait donc un calcul..