Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les chemins de la culture

Les chemins de la culture

Philosophie, économie, politique, littérature, la culture rendue accessible à tous

Savoir qu'on croit et non croire qu'on sait...ou le risque de confondre croyance et connaissance

Dogmatisme-religieux.jpg« Quand on croit détenir la vérité, il faut savoir qu’on le croit, non pas croire qu’on le sait ». Cette proposition fût émise par le philosophe français Lequier, penseur du XIXème siècle, par trop méconnu de nos jours et qui cependant inspira bon nombre d’intellectuels, notamment Jean-Paul Sartre. Le conseil n’en reste pas moins d’actualité face à la recrudescence du fanatisme religieux. On pensait que la religion serait définitivement exclue de tout champ politique, notamment après l’annonce de la mort de Dieu et la déconstruction qui s’en suivit. Néanmoins, le dogmatisme n’est pas rompu et certains discours aujourd’hui sont une affirmation de la foi en tant que savoir. Pourtant, que ce qui est su est démontrable. La vérité se fonde sur des preuves, et au sujet de Dieu, nul n’en possède à propos de son existence. Je ne puis prétendre que Dieu existe en tant que sachant. Mais l’inverse est également vrai : il m’est impossible de démontrer objectivement qu’il n’existe pas. On ne peut donc pas savoir si Dieu est ou non. Nous nous trouvons ici dans le domaine de la croyance ou de l’opinion, et non sur le terrain de la connaissance. A ce titre, Kant distingue, dans la Critique de la raison pure, trois niveaux de pensée conduisant à considérer une idée comme vraie. Le premier concerne l’opinion, s’agissant d’une affirmation infondée, tant d’un point de vue objectif que subjectif. Puis vient la foi, ou encore la conviction, qui se suffissent uniquement à elle-même sur le plan subjectif. Enfin, se distingue le savoir, légitime objectivement. Pour ce qui est de la religion, j’ai la foi, c’est-à-dire que je crois au divin ; cette croyance m’appartient. Tout comme je puis avoir la conviction que Dieu est une invention humaine, un concept pour expliquer l’inexplicable, pour contraindre, ou se rassurer. Ainsi, la seule vérité qui vaille concernant Dieu, c’est que personne ne sait s’il existe ou pas. Ceci pourtant n’empêche pas certains d’affirmer que leur croyance est née d’une révélation, et qu’il est donc inopportun de prouver ce qui fût révélé. Cette posture spirituelle n’est guère un sujet de critique dès lors qu’elle se maintient exclusivement sur un plan personnel. Mais s’il s’agit d’imposer à autrui une croyance en la présentant comme une vérité indépassable, l’affaire est toute autre.

Seule une vérité établie permet d’échapper à la violence. On n’assassine pas pour une équation mathématique. Ainsi, l’Inquisition et le Djihad ne sont qu’une confirmation du doute qui entoure les déclarations. Le combat s’éteint face à un fait incontestable. Pour autant, il n’est pas exclu de penser l’inconnu. Toute réflexion d’ordre métaphysique peut permettre, par défaut, de mieux connaître l’existant. Cette pensée, l’agnostique se la refuse. Il ne souhaite pas aller au-delà de ce qu’il lui est possible de connaître, à la différence de l’athée qui ne s’empêche pas de penser l’inexistence de Dieu. L’athéisme est aussi une croyance, mais elle est négative : je crois que Dieu n’existe pas, j’en ai la conviction, sans prétendre qu’il s’agit d’une vérité.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

cyl 29/10/2010 13:53


Juste comme ça : si personne ne te parle de Dieu, y croirais tu ?
On nous dit lors ce que l’on est petit qu’un bonhomme rouge avec une hotte vient apporter des cadeaux aux enfants qui sont gentil. On y croyait dur comme fer…


Nassim 15/08/2010 15:28


On peut dire, à première lecture, que cet article est assez sympathique. Mais on s 'aperçoit que ce qui est dit, et tout betement : si vous ne croyez pas, ou bien si vous croyez, bah c'est une
affaire personnelle, qu'on doit aucunement etaler, ou imposer à autrui.

Laissez moi vous exposez que les religions non pas seulement imposaient, mais assujettit des peuples entier, à genoux, pour pratiquer leurs petites affaires de conquete et d'avidité de pouvoir. Je
nvais pas vous exposez une histoire des religions, n'est-ce pas ?

Or l'atheisme, au contraire ne force personne, ne tue personne, et n'oblige personne à faire ou croire à quoique ce soit. Donc, mettre les deux croyances dans un meme plat n'etait pas tres
futé.

Après, ta dernière phrase :"L’athéisme est aussi une croyance, mais elle est négative : je crois que Dieu n’existe pas, j’en ai la conviction, sans prétendre qu’il s’agit d’une vérité". laisse
vraiment à désirer, et démontre par elle-même qu'il n y a point d'objectivité dans ce texte, encore un acte prosélyte de la part d'un croyant. L'athéisme...négative. Mais quelle idée saugrenue
avons-nous là ! vous suivez le parcoure de vos prédécesseurs qui châtiaient les non-croyants, et même ceux qui croyaient à autre chose. Comme Spinoza le panthéiste rendu athée en son temps.
L'atheisme n'est en rien negative, il faut etre bete pour croire que la morale ou l'ethique peut etre acquise que par le biais des religions. L'atheisme ouvre, et a ouvert la voie aux recherches et
decouvertes les plus utiles. C'est on défiant Dieu, que l'homme s'est libéré de sa raison quadrillé depuis des siècles.


Jenoudet 13/08/2010 12:21


Il est à l'évidence absurde de renverser l'usage de la preuve concernant l'existence ou l'inexistence de Dieu (ou d'un objet quelconque) car les deux situations ne sont pas symétriques.
En effet par définition l'existence doit laisser une trace et si quelque chose existe c'est donc cette trace qui est requise (et qui constitue ce qu'il est convenu d'appeler la preuve). À l'inverse
"le rien" est tout simplement la preuve de l'ensemble des choses qui n'existent pas !
Autrement dit il serait idiot de vouloir faire l'inventaire (et par conséquent de demander la preuve) de l'ensemble de tout ce qui n'existe pas !
En résumé on peut dire que la preuve qu'on existe c'est qu'on existe et la preuve qu'on existe pas c'est justement qu'on existe pas.
Se met-on en quête de vouloir apporter la preuve de tous les poissons qui n'existent pas ?...
Laissons de côté ces discussions d'un autre âge s'il vous plaît

Louis-Pierre Jenoudet