Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les chemins de la culture

Les chemins de la culture

Philosophie, économie, politique, littérature, la culture rendue accessible à tous

Zazie dans le métro, un roman de Raymond Queneau

Zazie-dans-le-metro.jpgZazie voulait prendre le métro, sauf qu’une grève en décida autrement. La voici alors embarquée dans des aventures imprévisibles. Elle parcourra Paris à pied en rencontrant des personnes et des situations aussi saugrenues les unes que les autres. Zazie dans le métro est un roman qui traite avec dérision de la contingence et de l’absurde. Tout est prévision mais rien n’est prévisible. L’oncle de Zazie, Gabriel, qui peut-être est sa tante, dit d’ailleurs que la contingence rend l’existence supportable parce que le malheur peut s’effacer d’un trait, certes comme le bonheur, mais tel est le prix à payer pour se maintenir en vie. Zazie dans le métro est également un livre sur l’enfance, cette période durant laquelle tout est possible, comme le démontre la diversité et la succession sans signification particulière des évènements dont Zazie se trouve être au centre. Tout est possible donc, mais peu est compréhensible pour cette jeune pousse devant des adultes calculateurs sans logique, persuadés mais mensongers. Zazie a heureusement pour elle la désinvolture qui bouscule les grands, réfugiés qu’ils sont derrière l’éducation. Elle les pousse dans leurs retranchements. C’est son innocence contre la leur et forcément elle gagne, car la sienne est plus grande que la leur, tout du moins pour le moment. Le temps en effet ne joue pas en sa faveur, comme le laisse supposer la réponse faite par Zazie à sa mère lorsque celle-ci lui demande si elle s’est amusée durant son absence. J’ai vieilli lui répond-elle. Les adultes sont peut-être des enfants qui ont plus vieillis que grandis…

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article