Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les chemins de la culture

Les chemins de la culture

Philosophie, économie, politique, littérature, la culture rendue accessible à tous

La vie devant soi - Un roman d'Emile Ajar...ou plutôt de Romain Gary

La-vie-devant-soi-Emile-Ajar-Romain-Gary.jpgC'est une histoire entre une juive et un arabe. La première est une vieille dame, Madame Rosa, qui s'occupe du second, Mohammed, ou plutôt Momo, il préfère, âgé de dix ans, puis soudainement de quatorze, non parce que le temps a passé, mais suite à un événement ; je n'en dirais pas plus. Momo est fils de pute. C'est pourquoi sa mère ne peut le prendre en charge. Le trottoir n'attends pas. Madame Rosa, ex-prostituée, acceuille les fils de pute, leur maman étant trop sollicitée par leur proxénète, ou proxynète comme dit Momo. La vie n'est pas facile pour le jeune garçon, en ne sachant pas d'où elle vient parce que ses parents sont aux abonnés absents depuis qu'il vit avec Madame Rosa ; et le pire c'est qu'il n'en est qu'au début, en ayant la vie devant soi. Pour Madame Rosa, c'est le contraire. Elle existe bien plus dorénavant dans ses souvenirs, et surtout avec une peur qu'elle ne peut dépasser, celle qu'on vienne la chercher une fois de plus, comme l'autre fois, pendant l'Occupation, pour ensuite se retrouver dans un vélodrome pour juifs. Et peu importe qu'il s'agisse maintenant d'une destination censée la soigner, comme l'hôpital, c'est le principe qui compte. Madame Rosa en effet est une vieille femme qui dépérit ; elle s'absente de plus en plus. Plus aucun organe ne fonctionne vraiment, elle s'abandonne même dans ses excréments, mais heureusement elle n'a pas le cancer. Elle n'en voulait pas et pour une fois, elle a été écoutée. Madame Lola, par contre, on ne l'a pas entendu, ce qui ne lui empêche pas de faire montre d'une générosité de celle qui bouleverse, à l'attention de Momo et de Madame Rosa, en les soutenant financièrement, et plus encore. L'argent d'ailleurs se fait rare dans cet immeuble de six étages à escalier, où chaque marche est comme une montagne insurmontable pour la vieille juive. Mais revenons à Madame Lola. Il n'a pas été entendu donc, et ainsi il se travestit pour devenir elle. Madame Lola est une travestite pour reprendre le vocabulaire de Momo, qui se vend dans le bois de Boulogne, après avoir mis un terme à sa carrière de boxeur. Elle semble aimer son métier, mais sa nature ne lui autorise pas tout. Décidemment, les choses sont parfois mal faites, même très souvent, voire tout le temps pour Momo. Par exemple, pourquoi la médecine s'acharne-t-elle à faire vivre ceux qui estiment en avoir assez vécu ? Se préoccupe-t-elle vraiment du sort des malades, ou alors s'agit-il pour elle de relever des défis, de se croire plus forte que la nécessité ? Madame Rosa, elle, n'a qu'un souhait, d'une simplicité immense : après une vie pour laquelle elle ne décida pas tout, elle aimerait pouvoir choisir l'endroit de sa mort et ainsi, après qu'elle ait vendue longtemps sa peau, au moins la sauver pour la fin. Momo va l'y aider et contre les plus grands, il y parvient, en y mettant tout son coeur, parce que Momo aime Madame Rosa.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Luna 03/07/2011 09:26


J'ai beaucoup aimé "La vie devant soi" de Gary/Ajar, mais ce n'est malheureusement pas un coup de coeur...
L'émotion était au rendez-vous, mais j'ai trouvé qu'il manquait un petit quelque chose pour que ce soit parfait, en plus du fait que je n'ai pas aimé la présentation du texte...
Cependant, je comprends parfaitement pourquoi autant de monde apprécient ce livre !

Si ça t'intéresse, je viens de publier mon avis sur mon blog...
Joli article, je reviendrais ;)
Bonne continuation !!


Jefka 04/07/2011 06:45



merci Luna pour ton commentaire