Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les chemins de la culture

Les chemins de la culture

Philosophie, économie, politique, littérature, la culture rendue accessible à tous

L'insoutenable légèreté de l'être - Un roman de Milan Kundera

L-insoutenable--jpgLa condition humaine ne nous laisse pas la possibilité de tester un à un les choix qui nous sont offerts lorsqu’une prise de décision s’avère nécessaire. Il nous faut adopter une voie et une seule, y compris celle de ne rien faire, sans dans l’absolu en connaître le résultat ou en ayant eu la capacité en amont de la prise d’initiative, de comparer les conséquences de chaque position envisagée. L’existence est une succession de bonds en avant, de prises de risques sans détenir la certitude d’avoir pu apprécier toutes les répercussions de nos actes. Cet état d’incertitude est caractéristique d’une légèreté car il engage profondément nos vies vers telle ou telle direction bien que nous ne disposions pas de toutes les cartes, et ainsi impacte lourdement notre être, ce qui lui vaut également d’apparaître comme insoutenable. Le considérer d’ailleurs comme tel et s’en faire l’écho peut être paralysant jusqu’à être un poids, une pesanteur qui altère la liberté qui nous a été donnée. Les personnages du roman de Milan Kundera, même si certains flirtent avec la désinvolture, sont tiraillés dans cet espace décisionnel qui leur appartient sans qu’ils l’aient totalement désiré. L’amour, qu’il soit simplement physique ou entier, est le foyer central où s’emmêlent les arbitrages qui conditionnent notre parcours. Dois-je retrouver celle qui me plaît et abandonner par la même occasion la situation que je me suis construit avant de la rencontrer, s’interroge au début du roman l’un des héros principaux. Mon obstination d’être ensembles a bousculé la vie de mon compagnon, lui répond sa bien aimée à la fin de l’histoire. Si leur relation s’était éteinte, l’existence de l’un et de l’autre eût été totalement différente. L’enjeu est donc astronomique car la mort ne me laisse qu’une seule et unique issue. Je peux certes imaginer d’autres vies futures pour me rassurer ou au contraire envisager l’éternel retour nietzschéen pour apprécier la trajectoire exclusive de mes choix et ainsi agir en tant qu’individu averti. A chacun ses croyances ou idées pour alléger son fardeau et ainsi rendre soutenable la légèreté de l’être.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article