Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les chemins de la culture

Les chemins de la culture

Philosophie, économie, politique, littérature, la culture rendue accessible à tous

L'âge de raison - Les chemins de la liberté - Un roman de Jean-Paul Sartre

Les-chemins-de-la-liberte-L-age-de-raison-Sartre.jpgLa liberté, c’est le choix. Mais choisir, c'est s’engager. Le choix est ainsi un entre-deux entre liberté et engagement, auquel je ne puis échapper. Même si je ne choisis rien, je choisis de ne pas choisir, je m’engage, certes à rien, mais j’y suis tout de même, malgré tout. Engagé, me voici donc moins libre que je ne l’étais avant que de choisir. Il m’a fallu décider et cette décision fît d’une infinité de possibles un fait, un seul, effaçant tout ce qui aurait pu être. Il y a également l’importance du choix, laquelle est fonction de l’intensité de ce que sera l’engagement à venir. Je puis très bien avoir une idée de sa mesure avant le choix, et ainsi en amont peser le poids d’une décision en suspens. Mais cela n’est pas toujours vrai. Et puis il y a toujours de l’imprévisible, même en toute connaissance de causes. Intensité et imprévisibilité sont ainsi deux dimensions inhérentes à tout choix dont la variabilité n’appartient à personne. Mathieu, le héros de Sartre, lui qui veut être libre à tout prix, en refusant notamment ce dont il est le créateur, se trouve enserré dans ces dimensions. Mathieu pourtant décide et cherche activement les moyens de sa décision, les trouve d’ailleurs, mais le résultat n’est pas celui qu’il attendait, d’où dans un premier temps le sentiment d’être spolié des conséquences de ses actes. Imprévisibilité donc. Puis vient un temps où Mathieu prend conscience d’un vide, du peu d’intensité de ses décisions : « Mais tout ce que je fais, je le fais pour rien ; on dirait qu’on me vole les suites de mes actes ; tout se passe comme si je pouvais reprendre mes coups. Je ne sais pas ce que je donnerais pour faire un acte irrémédiable. »  De tous les personnages du roman, Mathieu est celui qui revendique le plus d’être libre, mais il est aussi celui qui se perd le plus. Ou plutôt il devient très peu. La liberté, c’est choisir, c’est s’engager, mais c’est également devenir. Mathieu pourtant choisit, donc s’engage, mais il reste ce qu’il est. On peut ainsi très bien devenir ce que l’on est déjà, comme Mathieu.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article