Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les chemins de la culture

Les chemins de la culture

Philosophie, économie, politique, littérature, la culture rendue accessible à tous

La raison comme référence pour la nécessité absolue de la morale...ou la philosophie morale de Kant

Philosophie-morale-Kant.jpgLa morale, pour être acceptée et applicable par tous, doit être fondée sur une nécessité absolue. Mais l’inconditionnalité n’est écrite nulle part, ni révélée. C’est à l’homme de choisir ce qui est à considérer comme indépassable sur le plan de la morale, de déterminer le point ultime à partir duquel toute règle de vie se justifie. Mais sur quelle référence l’absoluité d’une morale peut-elle se décréter ? L’homme est-il capable de déterminer un absolu alors que sa condition le renvoie sans cesse à la relativité ? Il lui a pourtant bien fallu se prêter à l’exercice pour instaurer un ordre destiné à le sauvegarder. La nécessité absolue a donc été envisagée sous différentes perspectives et en fonction du critère retenu, le devoir s’en est trouvé défini. Ainsi, trois fondements moraux ont pu être établis : le naturalisme moral, l’humanisme et l’eudémonisme. Le premier tient pour référence morale la totalité du monde, et le devoir qui lui est associé est de se conformer à la loi de la nature, reconnue comme la plus haute nécessité. Le second accorde à l’homme une place centrale et recommande à chacun d’agir selon ce qu’il pense pouvoir faire et ne pas faire en tant que représentant de l’espèce humaine. Enfin, l’eudémonisme, dont l’origine étymologique tient du terme grec « eudaimôn » signifiant heureux, renvoie à la vie de chacun, et demande à chaque individu de se comporter selon le respect de sa personne.

 

Le naturalisme moral, l’humanisme et l’eudémonisme ne sont pas des morales différentes, mais trois façons de se représenter ce qui moralement est acceptable. Il est possible, pour ce qui est de la décision et de l’action, de composer avec toutes ces représentations. Ainsi, un homme peut très bien tout à la fois se sentir redevable devant la nature, devant son prochain et vis-à-vis de lui-même. Ceci signifie qu’aucune de ces références n’a de valeur absolue par rapport aux deux autres, car sinon la composition serait interdite. Il reste donc une part de relativité dans cette construction fondamentale, d’où l’importance du choix quant au critère d’absoluité à retenir car de là, nous l’avons dit, découle la nature du devoir à respecter. S’agissant de l’eudémonisme, il n’est pas  exclu de considérer cette référence comme une nécessité hypothétique, et non catégorique, dès lors qu’elle est fondée sur le bien-être personnel. Sommes-nous donc contraints par la relativité alors que la morale exige bien plus ? L’homme se trouve-t-il être prisonnier d’une contradiction dangereuse car source de conflit selon l’angle sous lequel il se place, entre la nature, l’humain, et le bonheur ? Une quatrième référence, le rationalisme moral, permet de sortir de cette impasse. La raison y est présentée en tant que critère d’absoluité par excellence et comme la solution dialectique à l’absence de fondement prédominant. La raison en effet, selon la philosophie de la morale développée par Kant, est reconnue comme le fondement du devoir et englobe toutes les références qui ont pu être établies dans la recherche de la nécessité inconditionnelle. En effet, Kant nous dit que seule la raison peut donner au devoir la forme d’une loi universelle, s’appliquant ainsi à la totalité de la nature, que seule la raison peut encadrer le devoir pour considérer l’homme comme une fin et non un moyen, et qu’enfin seule la raison peut reconnaître le devoir comme la manière la plus sûre d’être heureux. En effet, toute accession au bonheur excluant la vertu fait courir le risque à celui qui s’en prévaut, mais aussi pourquoi pas à l’encontre de ses descendants, de ne pas être heureux durablement. Ainsi, le bonheur, qui est une inclination naturelle chez l’homme, a besoin de la morale, donc de la raison, pour qu’il soit durable.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article