Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les chemins de la culture

Les chemins de la culture

Philosophie, économie, politique, littérature, la culture rendue accessible à tous

Cyrano de Bergerac, une pièce d'Edmond Rostand...ou lorsque l'âme dépasse la fin du corps

Cyrano.jpgIl est le corps, lui est l’esprit. Il est l’amant, lui est l’aimant. Il est beau, tandis que lui…Les bons mots certes atteignent le cœur, mais jamais ils n’effacent pour celui qui la porte en lui, la laideur que lui inspire son être. Jamais Cyrano ne surmonte son nez proéminent. Ce nez est comme un poignard planté au milieu du visage et qui le torture lorsqu’il se passionne pour sa belle cousine. Cet amour lui est aussi refusé parce que son adorée en aime un autre, un jeune cadet à qui la nature a offert la beauté, mais qui ne sait pas chanter de doux refrains passionnés. Cyrano sera alors sa voix, et ainsi il vivra son amour par procuration, jusqu’à ce que mort s’en suive…

La pièce d’Edmond Rostand est une figuration de ce que peut être la séparation du corps et de l’âme. Le corps, c’est ce jeune cadet, Christian de Neuvillette, dont s’éprend Roxane parce qu’il est beau. Sauf que la jeune fille ne s’arrête pas à cet éclat physique. Elle veut aussi être éblouie en écoutant une musique qui la fasse chavirer. Les paroles seront servies par Cyrano. Le corps, Christian, et l’âme Cyrano, sont dès lors l’amant idéal pour Roxane. Mais nous savons que le premier n’est pas éternel. La mort frappe Christian, tandis que Cyrano échappe à une fin qui lui était promise. L’amour pour la belle Roxane n’est donc pas totalement éteint même si le bel amant n’est plus là. L’âme survit à la chute du corps dans cet amour à trois, et bientôt Roxane connaîtra la vérité pour aimer encore au-delà du souvenir. Avec Cyrano de Bergerac, Edmond Rostand illustre à merveille ce dont l’âme est capable, jusqu’à dépasser la fin du corps.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article