Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les chemins de la culture

Les chemins de la culture

Philosophie, économie, politique, littérature, la culture rendue accessible à tous

Moins de honte de soi pour plus de liberté

Honte.jpgPas besoin d'être coupable pour avoir honte. Et la culpabilité si elle est reconnue n'induit pas automatiqueent un sentiment honteux. Pas besoin non plus d'être responsable pour avoir honte. On est pas honteux systématiquement de ses actes. La honte, c'est avant tout un désamour de soi qui se nourrit de la crainte du regard des autres. On a pas honte seul, devant sa glace. C'est plutôt le dégoût, le remords, qui l'emportent dans la solitude. Il faut autrui pour se sentir honteux sans pour autant que celui-ci ait à manifester la moindre désapprobation, ni un quelconque intérêt vis à vis de nous. La seule perspective qu'il puisse poser son attention sur nous suffit à la honte. Celle-ci est ainsi une chaîne que l'on fabrique, un lien personnel et douloureux avec autrui sans qu'il ait la nécessité d'y participer, sans qu'il faille non plus que l'on soit coupable, ou responsable de quoique ce soit de répréhensible. Même victime, je puis être honteux. La honte ainsi ne peut être levée que par soi, en s'affranchissant du regard des autres sans l'éliminer. La désocialisation ne serait en effet qu'une fuite et non une victoire sur soi. Dépasser une honte, c'est gagner plus de liberté, comme l'écrit Nietzsche dans Le gai savoir : « Quel est le sceau de la liberté conquise ? Ne plus avoir honte de soi-même. »

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jean-louis. 01/03/2016 19:21

" Le sentiment de culpabilité est moins fréquent que le sentiment de honte. Il suffit d'avoir été conscient d'avoir agi sans aucun remord ou d'être affranchi de ce que raconte sa conscience ou de n'avoir aucune estime pour celui qui voudrait nous inspirer des remords pour que ce sentiment ne soit plus efficient. En revanche, la honte, c'est à dire la peur ou l'idée d'être la risée de tous ou un objet d'opprobre pour tout le monde est beaucoup plus fréquente. (probablement une connexion avec la peur très ancienne du bannissement ou du bouc émissaire) Pour fuir la honte, on parle comme tout le monde, on agit comme tout le monde. C'est l'existence et le pouvoir d'une opinion collective qui est source de honte. ...On hésite à dire : c'est mal, moins à dire : c'est une honte. (d'ailleurs c'est à la mode) "