Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les chemins de la culture

Les chemins de la culture

Philosophie, économie, politique, littérature, la culture rendue accessible à tous

Le vertige pour philosophie

Vertige-philosophie-copie-1.jpgLe vertige est fondamental pour la philosophie. Philosophant, on se déplace ; il nous faut bouger. Du mouvement ! La pensée est si vaste, comme une plaine sans fin. Le plus grand des gâchis est de rester assis, comme ceux-là même que Rimbaud versifiait pour mieux livrer leur abrutissement. Assis sur leurs habitudes, leurs traditions, leur renoncement. Assis sur le sol pour s’y complaire indéfiniment. Certes, assis, l’horizon nous appartient autant que si nous allons à sa rencontre.  Nous faisons toujours face à cette ligne qui n’en finit jamais. L’horizontalité ainsi ne distingue pas l’éveil audacieux du sommeil confortable. L’avant-garde n’est pas devant, elle emprunte un sens vertical, du haut vers le bas, du bas vers le haut, peu importe le sens. Ou les deux. Pourquoi s’interdire des allers retours ?  Au contraire, ils évitent l’établissement. Le chemin est plus important que le but. Philosopher, c’est cheminer sans cesse, avec peut-être des étapes, mais celles-ci sont passagères. Pourquoi donc s’arrêter en si bon chemin ? De la terre au ciel sans retour amène la pensée vers des idéologies ou des révélations qui plus tard l’assommeront. De la terre à la terre, la pensée est encerclée. Elle ne vise rien d’autre que les contours de ce qui l’emprisonne. Mais de la terre au ciel, comme du ciel à la terre, sans discontinuer, sans choisir, sans se laisser séduire, passant de bas en haut, et redescendant ensuite pour mieux gravir, voilà bien cette verticalité dont il ne faut pas se lasser et qui produit ce vertige dont la philosophie a tant besoin.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

"Le Fou du Christ" 23/02/2013 09:08

Lamartine :
Insensé le mortel qui pense!
Toute pensée est une erreur.
Vivez, et mourez en silence;
Car la parole est au Seigneur!
Il sait pourquoi flottent les mondes;
Il sait pourquoi coulent les ondes,
Pourquoi les cieux pendent sur nous,
Pourquoi le jour brille et s'efface,
Pourquoi l'homme soupire et passe :
Et vous, mortels, que savez-vous?

Le Fou du Christ :
Tu as raison mon cher Alphonse… Moi aussi je pense…Qu’il ne faut plus…PENSER!!!
A celui qui a dit: “Je pense donc je suis”, moi je lui dis:
Je prie...donc je vis,
Sur la Terre Sainte du Liban Eternel,
Avec la grâce du Dieu Tout-Puissant! ! !
AMEN