Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les chemins de la culture

Les chemins de la culture

Philosophie, économie, politique, littérature, la culture rendue accessible à tous

Le silence pour sauver la pensée de l'asphyxie

Silence-II.jpgLa pensée n’est pas un monstre froid qui échapperait à toute vie organique. Elle a besoin comme tout vivant d’oxygène ; il faut la laisser respirer, lui éviter de se noyer dans des bavardages qui l’entraînent volontiers vers des profondeurs assassines. Bavardez, bavardez, et alors ce que vous croyez être votre pensée n’est plus qu’un mécanisme d’apparence intelligible, une série d’automatismes dont vous perdez le commandement. C’est se perdre que de céder aux discours immédiats et ininterrompus, comme s’il fallait se cacher de soi-même. Les phrases se succédant à n’en plus finir sont bruyantes ; c’est le son alors qui l’emporte sur le fond pour couvrir d’artifices cette voix intérieure qui pourtant nous appelle. Mais cette voix est toute petite, elle est fragile. Le tapage ambiant l’assourdit aisément. L’esprit devient vite aphone, les pensées se transformant en une restitution de ce qui doit être, conformément à ce qui est pensé communément. On tourne alors en rond. Chacun plaît à l’autre, et vice-versa, mais il faut bavarder sans relâche pour conserver ce plaisir, quitte à asphyxier la pensée. Le seul remède face à cette agonie de l’esprit : le silence.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article