Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les chemins de la culture

Les chemins de la culture

Philosophie, économie, politique, littérature, la culture rendue accessible à tous

Le dépassement à l'origine du sujet

Depassement-de-soi.jpgPenser le sujet comme une forteresse absolue et dont le règne est inattaquable, penser que chacun de nos pas sur la terre est sa seule et unique empreinte, que rien ne peut l’atteindre et qu’il est la raison de tout ce qui est, voilà une pensée des plus incongrues. Bien au contraire et l’expérience nous le dit, on est sans cesse dépassé. Dépassé par les autres, par celle ou celui qu’on n’attend pas, ou qu’on attendait plus, ou alors qu’on attendait trop. Dépassé par le temps, lorsque chaque seconde nous condamne un peu plus. Dépassé par l’éducation, quand l’homme et la femme se chargent d’être parents, et par l’instruction une fois que la société s’en mêle. Dépassé par l’activisme, la performance, la technique, la consommation, le travail, l’entreprise, l’école, la loi, la norme, la bienséance, les bonnes manières, l’ordre. Dépassé par le désir, l’envie, l’angoisse, l’espoir, le désespoir, l’amour. C’est dépassé que l’homme se construit, qu’il devient lâche ou courageux, en fuyant ce qui le dépasse, ou bien en cherchant à aller au-delà de ce qui le dépasse. L’existence n’est qu’une suite de dépassements, de tout côté, de tout bord, et le sujet n’est jamais plus lui-même qu’en se positionnant par rapport à ce qui le dépasse. Le dépassement est peut-être même à l’origine du sujet, lorsque l’enfant prend conscience qu’il est un je parmi tout le reste, c’est-à-dire par rapport à tout ce qui ne lui appartient pas et donc le dépasse.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article