Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les chemins de la culture

Les chemins de la culture

Philosophie, économie, politique, littérature, la culture rendue accessible à tous

La sainteté n'a rien d'humain, le refus oui

Refus.jpgRefuser, voilà bien ce qui fait notre humanité. Un animal ne refuse pas ce que lui dicte son corps. L’homme, lui, est en opposition. Il s’oppose à ce que ses instincts lui ordonnent. Ou alors ne s’oppose pas. Mais il a la capacité de se dire non à lui-même, de se refuser à soi. Cette force, qui contrecarre la dynamique corporelle, peut être appelée de différentes façons. Esprit, âme, volonté. Mais une force n’existe que si elle est exercée et produit alors ses effets. Ainsi, le courage, ou la lâcheté, sont dans les actes, et non dans l’être. La qualité d’une âme, d’un esprit, d’une volonté, s’il fallait la juger, s’apprécie dans l’expérience et donc n’a rien d’essentiel. Je suis courageux en agissant courageusement, non par état. Je suis un lâche, un salaud, parce que j’e n’ai rien fait, et non parce que je suis né lâche et salaud. Une âme est grande - la grandeur d’âme dit-on – par opposition aux commandements du corps lorsqu’il est si facile de s’y soumettre. La grandeur d’âme, c’est Alexandre repoussant l’eau qui lui est tendue après avoir traversé le désert. Son corps pourtant exige, avec la soif, qu’il se satisfasse de cette eau. Mais son âme, son esprit, sa volonté, dépasse cette exigence. Par solidarité avec ses hommes aussi assoiffés que lui mais qui eux ne reçoivent aucune offrande, Alexandre n’accepte pas celle qui lui est présentée. L’empereur prend ainsi suffisamment de distance avec lui-même pour ne pas se laisser entraîner par un penchant naturel. Refusant cette eau devant ses compagnons d’armes, il est plus humain que jamais, sans pourtant être un saint. La vertu, en effet, s’exprime en désaccord avec ce que le corps peut réclamer, alors que la sainteté est un état de perfection absolue qui ne souffre d’aucune tentation opposable. Autant dire qu’aucun homme n’est un saint, pas même un empereur. La sainteté n’est pas humaine, c’est le refus qui l’est.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

herve 21/10/2012 15:55

Plus ce monde est fait par l’homme, plus le lien du monde et de l’homme est rompu (G.Deleuze)

Jefka 22/10/2012 06:49



Très belle citation. On perd dans l'image l'immédiateté, la spontanéité...et alors la sincérité. Mais difficile de faire autrement. Ne serions nous pas condamnés à ne pas être sincère ?


 



herve 21/10/2012 13:13

Bonjour,

Dans ce texte très inspiré par Alain, si je vous comprends bien, vous défendez l'idée que l'humanité de l'homme consisterait à refuser la nature. N'est-ce pas ce qui fait problème aujourd'hui dans
notre culture : la croyance que l' humanité pouvait se construire dans la négation de la nature ?

Jefka 22/10/2012 06:47



non je ne pense pas que l'homme refuse la nature. IL ne s'agit pas de refuser, mais plutôt de dépasser. Il y dans le dépassement un respect que l'on ne toruve pas, je pense, dans le refus.


Bonne journée Hervé et au plaisr de vous lire.


Jean-François



fermaton.over-blog.com (Clovis Simard,phD) 10/11/2011 18:40


Blog(fermaton.over-blog.com).No.16, THÉORÈME DE CONNES. - ST-AUGUSTIN MODERNE ?


Tahar YETTOU 30/10/2011 09:09


Très bel article!
Passez un bon dimanche.