Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les chemins de la culture

Les chemins de la culture

Philosophie, économie, politique, littérature, la culture rendue accessible à tous

La liberté comme porte-voix pour se faire écho à soi-même

Liberte-echo.jpgAvec la liberté, l’homme se fait l’écho de lui-même. La liberté en effet naît d’une impulsion dont la source est la passion ou la raison, et que l’on désigne comme la volonté. Ce mouvement intérieur est liminaire puisque la volonté s’expose ensuite au réel. Il y a donc d’abord l’intention, puis vient à produire ce que je veux. Mais entre vouloir et pouvoir, il n’y en a pas moins un monde, le monde ! Ce n’est toutefois pas tant la nature qui s’oppose à la volonté, à moins que cette dernière n’en soit encore qu’au stade du désir. Les lois régissant l’univers se découvrent en effet chaque jour un peu plus, grâce à la science, même si la nature peut-être ne se dévêtira jamais totalement. Ces découvertes n’en empêchent pas moins l’homme d’avoir une prise toujours plus ferme sur l’environnement naturel, d’en saisir les causalités pour affiner au mieux ses prévisions. Ainsi, la matière à la fois autorise qu’on la lise et est fidèle à la lecture que l’on en fait. Tout phénomène naturel résulte d’un enchaînement qui se produira à l’identique dès lors que sont réunies les mêmes conditions de son apparition. Voilà qui est bien commode pour la liberté que de s’appuyer sur des mécanismes certains gouvernant la nature. Mais le monde n’est pas que nature ; il y a autrui, celui-là même qui comme moi veut éprouver le sentiment d’être libre. C’est entre nos volontés individuelles, intérieures, que se jouent la liberté de l’un et de l’autre. C’est au contact de ce que veux chacun que tous nous laissons notre empreinte sur le monde. C’est avec autrui que nous sommes libres parce que nous ne pouvons jamais le prévoir totalement. Nous sommes ainsi les seuls êtres capables de produire du possible débordant la nécessité de la nature de par les relations qui nous lient. C’est avec cette possibilité que nous marquons le réel, et par la même occasion nous nous construisons, ou nous nous accomplissons. La modification du monde, avec la liberté, est transformation de soi. Je passe de l’intériorité à un ordre extérieur pour façonner ce qui est selon ma propre volonté, et que cette action soit conforme ou pas à ce que je veux, le résultat revient pour me toucher intérieurement.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Monique 23/08/2012 11:30

Entre nos parents, nos frères et soeurs, nos conjoints et nos enfants, cela fait quatre possibilités d'enchevêtrements. Pas facile de se sentir libre dans ces conditions.

Jefka 23/08/2012 13:55



et il y aussi tous les autres !!


merci Monique pour votre assiduité.


Jean-François