Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les chemins de la culture

Les chemins de la culture

Philosophie, économie, politique, littérature, la culture rendue accessible à tous

L'identité comme le résultat d'une toile pointilliste

Identite.jpgQuoique l’on fasse, quoiqu’il se passe, à la fin nous serons toujours défaits. Mais cette inéluctabilité n’empêche pas les victoires avant que ne sonne l’heure dite. Nous sommes victorieux dans la défaite, comme le vieil homme d’Hemingway dont le poisson fût dévoré. Certes, la pêche fût misérable lorsque sa prise vînt au port, mais l’essentiel était avant que d’arriver à terre. Son combat qui le tînt plusieurs jours durant, contre un espadon, fît de lui un homme valeureux. L’action précède l’essence. C’est en agissant que l’on devient, bien plus que d’être ce que l’on est censé devenir. Le vieux pêcheur s’est créé, il est devenu un homme courageux de par ses agissements. S’il s’était éloigné, refusant l’affrontement avec la nature, il eût été tout autre, une fois revenu de sa sortie marine. Alors oui, à la fin nous ne serons plus, mais avant cela quel privilège que d’être en devenant, avec en plus la conscience de ce devenir. Bien heureusement aucune identité ne nous commande, pas totalement tout du moins, parce que nous sommes dans le mouvement, et non immuablement. Nos actes sont autant de faits caractérisant et peut-être que certains sont plus fondateurs que d’autres. Mais pour ceux qui ne le sont pas, notre responsabilité n’est pas moindre. Nous sommes autant responsables, pour soi et exclusivement pour soi, d’un geste insignifiant que d’un acte d’envergure, parce que toute action est comme la touche d’une toile pointilliste pour constituer un tout qui est soi. Nous sommes chacun un résultat, le nôtre, et cela même si les autres s’en mêlent.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article