Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les chemins de la culture

Les chemins de la culture

Philosophie, économie, politique, littérature, la culture rendue accessible à tous

L'écriture et la lecture comme un vent de liberté

Ecriture-lecture-philosophie-liberte.jpgL’écriture est une façon pour l’homme de vivre sa liberté. Comme tout être vivant, il est contenu dans l’espace-temps, avec le corps qui le limite. Je ne peux pas physiquement être à plusieurs endroits en même temps. Et les secondes qui s’écoulent sont autant de meurtrissures me condamnant. Mais en écrivant, j’échappe en partie au temps en laissant une trace. Les mots employés à cet instant seront les mêmes lorsque je serais lu, plus tard. L’écriture réduit aussi les distances. Une lettre suffit pour qu’une relation se crée même si elle vécut à des moments et à des lieux différents entre les parties. Cependant, tous les écrits ne se valent pas. Certains sont strictement fonctionnels, s’agissant plus d’un outil de communication servant à la réalisation d’un objectif commun. D’autres, et ceux-là sont certainement les plus chers, ont cette magie d’allier retour sur soi et don de soi. Il faut en effet revenir à soi, puiser en soi, pour écrire. Et l’on écrit pour être lu, donc donner au lecteur cette part de soi que l’on a couchée sur une feuille de papier.

L’écriture disais-je est une marque de liberté. Elle nous différencie notamment de l’animal, mais elle n’est pas suffisante pour fonder l’humain. Que dirions nous en effet de ceux qui ne savent pas écrire, ni lire. Sont-ils pour autant moins homme ? Répondre par l’affirmative serait intolérable. Nombres d’êtres humains vivent de ne pas savoir lire et écrire comme une injustice, en n’ayant pas eu à leur disposition tous les moyens d’être plus libre. Par contre, pour ceux qui possèdent la lecture et l’écriture, celles-ci ne sont pas négligeables, car il en va de notre humanité.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article