Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les chemins de la culture

Les chemins de la culture

Philosophie, économie, politique, littérature, la culture rendue accessible à tous

Dieu comme représentation culturelle d'une tendance naturelle

Dualite-corps-ame-philosophie.jpgCe n'est qu'au XVIème siècle, en 1513 exactement, lors du Vème Concile du Latran, que l'Eglise catholique reconnut l'âme, immortelle. D'autres religions avant elle la considéraient déjà comme telle. Mais au fait, qu'est-ce que l'âme ? Bien difficile d'en donner une définition précise et c'est ce flou qui prête à diverses interprétations. Aristote, dans son Traité sur l'âme, assimilait l'âme à une forme, une substance autorisant le mouvement de la matière, donc la création des corps. L'âme est selon lui un souffle vital organisant le vivant. Cette idée aristotélicienne est à l'origine d'une tradition philosophique que l'on nomme vitalisme et qui traverse l'histoire de la philosophie, jusque Bergson notamment. Pour certains, le souffle vital n'est cependant pas une exclusivité humaine, il appartient également au monde animal et végétal. Ce prolongement constitue l'animisme. L'âme serait ainsi dans tout. Il suffirait d'ailleurs d'observer la nature pour y déceler une infinité d'intentionnalités. On pourrait cependant rétorquer qu'il ne s'agit là que d'une projection de l'esprit humain sur le réel, trouvant de l'intention là où il n'y en a pas. Le débat est ouvert...Une autre conception, plus courante, attribue l'âme uniquement à l'homme. Dans cette optique, l'être humain serait divisé en deux : un corps et un esprit. Que l'on croit ou non à cette division, nous sommes forcés d'admettre que nous la vivons. Peut-être ne s'agit-il que d'une illusion, mais nous nous pensons avant tout comme un esprit dans un corps, une âme dans une enveloppe corporelle. L'anthropologie nous apprend à ce propos que le dualisme est une caractérique universelle chez l'être humain, certes envisagée différemment selon les cultures, mais dont le fond est semblable quelque soit le lieu. La psychologie moderne explique cette universalité par un trait psychologique nous concernant tous et qui se manifeste d'ailleurs très tôt dans l'enfance. En effet, le bébé ressent très vite que le monde est composé d'une part d'objets inanimés, qui ne font qu'obéir aux lois de la physique, soumis à la causalité, d'autre part de sujets s'animant selon une intentionnalité. Le dualisme serait donc naturel. Ce qui ne l'est pas par contre, c'est ce que la culture en fait. La représentation collective s'empare en effet d'un mécanisme psychologique universel. L'âme n'est plus alors seulement un souffle vital ou une conscience, mais elle appartient au divin, en tant qu'entité immatérielle promise à un au-delà, soit pour une réincarnation dans un corps à venir, soit pour être suspendue dans un ciel pour l'éternité, sous le patronage de Dieu. Dieu alors ne se serait-il qu'une représentation culturelle d'une tendance naturelle ?

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article