Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les chemins de la culture

Les chemins de la culture

Philosophie, économie, politique, littérature, la culture rendue accessible à tous

L'aléatoire garantit à l'homme de rester humain

Aleatoire.jpgL’aléatoire est tout entier tendu vers l’avenir, de façon exclusive contrairement au hasard. On peut en effet expliquer ce qui s’est passé par référence au hasard. C’est bien souvent une explication par défaut, lorsque la cause des effets produits n’a pu être identifiée, ou encore en tant que porte de sortie pour se désolidariser d’un acte et de ses conséquences. Le hasard n’est ainsi pas explicable alors que l’aléatoire l’est, tout comme il est déterminé. Il peut qualifier une activité, un fait, compte tenu de l’incertitude attaché à leur résultat. La loterie par exemple est aléatoire, tout comme le temps qu’il fera demain. On connaît cependant l’ensemble de ce qui peut être produit, autre différence avec le hasard, mais il est impossible d’être certain de la conclusion avant de jouer ou que la pluie ne soit tombée. Il n’empêche que l’on s’essaie malgré tout à maîtriser l’aléatoire, notamment en utilisant les probabilités. Je puis mesurer, en réunissant tous les cas possibles, ce qui est probable en quotité, donc d’accorder plus ou moins d’importance, selon la mesure obtenue, aux situations considérées mathématiquement comme plus fréquentes et inversement. La dose d’aléatoire est aussi variable selon l’activité ou le fait à laquelle elle est attachée. J’ai une chance sur six de faire un six en lançant un dé, et une sur plusieurs millions de gagner à la loterie nationale. Là-aussi, cette distinction s’appuie sur une démarche probabiliste et son intérêt est d’identifier le degré d’aléatoire de telle ou telle chose. La probabilité se trouve donc être une information, une formalisation du champ des possibles, et en cela elle évite de sombrer dans la superstition, en tant qu’aide à la décision et à la préparation. En effet, selon ce qui est prévu, il est possible d’anticiper, et donc de se préparer de la façon la plus adéquate possible au résultat probable. Mais s’agissant d’aléatoire, rien ne dit que les moyens mis en œuvre seront à utiliser, et cela bien heureusement. Sans aléatoire, tout serait déterminé et nous ne serions plus alors que des machines ou un programme. L’aléatoire est aussi ce qui garantit à l’homme de le rester.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Mateo 11/05/2010 17:05


Bonjour,

Je suis étudiant en licence de Philosophie. Après avoir lu cet article il y a des choses avec lesquelles il n'est possible d'être d'accord. Mais avant cela je tiens à mettre en avant la justesse de
ce que tu écris quand tu dis que les probabilités ne son qu'une information mais justement, ce n'est qu'un calcul de la part d'incertitude qu'une chose se produise ou non. De fait tu ne peux pas
dire qu'il est possible de maîtriser quoi que ce soit grâce aux probabilités car savoir que tu as une chance sur six de tomber sur la face six de ton dé ne te permettra pas pour autant d'avoir plus
de chance de tomber sur six. Il n'est donc pas possible d'avoir une quelconque maîtrise de ces données par les probabilités. Au contraire, les probabilités sont ces données, la part
d'incertitude.
Par ailleurs je ne comprends pas vraiment pourquoi tu fais une telle distinction entre le hasard et l'aléatoire. D'une part, l'aléatoire c'est l'incertain, il appartient donc aux probabilités et
rejoint le hasard sur ce point. Si l'on reprend la première phrase de ton article, tu écris "L'aléatoire est tout entier tourné vers l'avenir, de façon exclusive contrairement au hasard". Pour
commencer ce qui est aléatoire est par définition contraire à ce qui possède une trajectoire. De fait il ne peut être tourné "tout entier" vers l'avenir mais seulement de façon incertaine. Et
concernant la hasard, il est quant à lui bien plus tourné vers l'avenir et même vers le devenir, il suffit de penser au hasard des mutations génétiques de la sélection naturelle dans la théorie de
l'évolution de Darwin.
Un second point avec lequel je ne te rejoins pas entièrement c'est lorsque tu dis que le hasard "n'est pas explicable". D'une par il l'est, nous pouvons le comprendre. Je te conseil de t'intéresser
au chaos, notamment par le biais de la météorologie (Ed Lorenz). Et d'autre part le fait de se décharger de ses responsabilités n'est pas ce qui caractérise la hasard en lui-même mais bien plutôt
une façon que l'homme a de l'appréhender. Le hasard ne peut pas se réduire à cela.
Enfin, je ne vois pas en quoi "l'aléatoire garanti à l'homme de rester humain". Cela sous entend à mon sens que tu fais de l'aléatoire une caractéristique humaine, si ce n'est une condition de
l'humanité. Il serait intéressant que tu précise ce point parce qu'une telle affirmation n'est pas évidente du tout. Il est bien plus manifeste de dire que le déterminisme est le propre de l'homme,
c'est-à-dire ce qui peut être connu par des lois. N'oubli pas que le propre de l'homme est d'avoir une conscience (con-sciencia = avec science/connaissance).
Voilà j'espère que cette critique te permettra d'en apprendre plus et d'améliorer ta réflexion à ce sujet. Je t'invite par ailleurs à visiter mon site http://loacmateo.wordpress.com/ sur lequel je
vais très prochainement publier un article sur "hasard et nécessité dans l'histoire de la philosophie des sciences" à travers la question "Comment la science a-t-elle articulé hasard et nécessité
pour comprendre le monde ?"

Bien à toi,
Loac