Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les chemins de la culture

Les chemins de la culture

Philosophie, économie, politique, littérature, la culture rendue accessible à tous

Présentation générale sur la justice - Partie I - La justice, entre institution et valeur

Justice-institution-valeur.jpgLa justice est une question essentielle pour la philosophie, tant sur le fond que sur la forme. Sur le fond, car l’éthique est sous-jacente à la détermination de ce qui est juste et de ce qui ne l’est pas. Sur la forme, parce que la notion de justice, en concernant tout individu, nécessite discussion, débat, échange d’idée, ce qui aussi caractérise l’exercice philosophique. La discussion sur le thème de la justice peut cependant être abordée sous différents angles, chacun complétant l’autre pour disposer d’une vision exhaustive du sujet. Ces axes de réflexion concernent aussi bien la différenciation entre institution et valeur à propos de la justice, le sentiment d’injustice, le rapport entre la justice et la loi, ou encore la détermination de ce qui fonde la justice, avec pour corolaire les impacts sociaux.

 

La justice, entre institution et valeur

 

Sur le plan étymologique, justice provient du latin jus, qui signifie droit. Ainsi, la justice renvoie à une décision prise par un juge, sous-entendu l’existence d’une institution en charge de faire respecter les lois, entrant dans le champ du pouvoir judiciaire. Mais la justice n’est pas que cela. Elle est aussi la conclusion d’une appréciation à propos d’une décision rendue, d’un fait ou d’une situation donnée,  en qualifiant la chose analysée comme juste ou injuste. La justice appartient donc également aux valeurs, mais contrairement à d’autres comme la vérité ou la liberté, elle peut être tout autant applaudie que décriée. Ainsi, elle n’échappe pas à la subjectivité car ce qui est considéré juste par une personne peut être interprété comme injuste pour une autre. Ceci est à l’origine d’une ambivalence entre justice institutionnelle, agissant au nom de textes applicables à l’ensemble de la collectivité, et le sentiment personnel de justice. La justice, dans l’interprétation de ce qui est fait en son nom, induit des divergences de vue. Cependant, un point réunit l’institution et la valeur : la justice dans les deux cas est une protestation contre une forme du réel, que cette dernière soit instituée ou naturelle. Ce qui les sépare est le contenu de cette protestation, sauf à les réunir vers un critère commun qui est le juste.

 

La suite : Partie II - Le sentiment d'injustice

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article