Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les chemins de la culture

Les chemins de la culture

Philosophie, économie, politique, littérature, la culture rendue accessible à tous

Les philosophes - Leibniz - L'infiniment petit au service de la vérité

Leibniz.jpgLeibniz fût un auteur du XVIIème siècle particulièrement fécond. On lui attribue une œuvre manuscrite d’environ deux cent mille pages, dont les sujets offrent une variété de connaissances très dense : mathématiques, physique, géologie, théologie. La métaphysique y est également inscrite avec une vision cependant toute nouvelle dans l’histoire de la philosophie. Leibniz entreprend de donner une réponse à une question fondamentale, à savoir la compatibilité entre le mal et l’existence de Dieu. Si celui-ci est bien le créateur tout puissant et le gouverneur bienveillant du monde comme l’affirme toute religion, comment est-il possible que l’homme ne puisse pas s’affranchir des calamités et autres infortunes qui secouent sa condition ? L’injustice et la détresse ne devraient-elles pas être sans objet dans un univers placé sous la tutelle de Dieu ? Leibniz, dans son entreprise de mathématiser tout questionnement d’ordre philosophique, s’essaie à une réponse d’ordre combinatoire. Il propose l’idée que toute situation est la conjonction de différents cas de figure et que Dieu s’est évertué à produire le meilleur effet parmi les possibles. Ce qui ne signifie pas que le résultat soit parfait, contrairement à ce qu’a pu conclure Voltaire concernant cette doctrine qu’il railla aisément dans son œuvre Candide. Leibniz délivre une théorie dans laquelle Dieu est un être qui doit s’accommoder de ce qu’il lui est envisageable de faire, ce qui lui retire la toute-puissance qu’il lui est communément accordée. Toute combinaison reposant sur une association d’éléments, Leibniz distingue des particules élémentaires constitutives du monde et qu’il appelle « monades ». Chacune est une partie du cosmos sans qu’aucune prise isolément ne soit assimilable à la réalité que nous percevons. Mais l’addition de ces substances, lorsqu’en nombre elles atteignent un certain seuil, produit un effet que l’homme peut discerner ou éprouver, qui devient donc intelligible. C’est pour cela que Leibniz estime que toute chose perçue se justifie, qu’il ne s’agit pas d’un fait introduit sans raison. Reste à en découvrir les fondements. A ce titre, la variété et la diversité induites par la philosophie de Leibniz sont une approche de la vérité. Le monde présente une image harmonieuse, mais il est le résultat d’une diversité immense où les contradictions certes s’y affrontent, mais ne s’y excluent pas. L’unité et la singularité se côtoient en permanence dans cet univers, l’individualité de l’homme et son rapport avec ses congénères étant une parfaite illustration de cet accord.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article