Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les chemins de la culture

Les chemins de la culture

Philosophie, économie, politique, littérature, la culture rendue accessible à tous

Le marxisme ou une pensée dite scientifique devenue religieuse puis totalitaire

Marxisme.jpgLe marxisme fût-il une science ? Ou une nouvelle religion ? A la première question, il se présenta comme tel, et à la seconde, ceux qui, en pratique l’incarnèrent, agirent de la sorte. Tout d’abord, Marx et Engels posèrent le postulat suivant : la société devait nécessairement aboutir à un système sans Etat, ni classe sociale. Le marxisme emprunta une démarche scientifique pour déterminer le cours de l’histoire : la confrontation de forces sociales divergentes, notamment  l’opposition entre travail et capital, se conclura selon une logique dialectique par l’établissement d’un corps social unique. Ainsi, la révolution est inéluctable, la pression productive ne pouvant supporter toute limitation par une minorité détentrice des moyens de production. Le marxisme prend les accents d’une loi classique en introduisant un lien de causalité irrémédiable entre une situation sociale donnée et ses effets à long terme. Cette démonstration, Marx en fait état dans Critique de l’économie politique : « Le mode de production de la vie matérielle conditionne le processus de vie social, politique et intellectuel en général. Ce n’est pas la conscience des hommes qui déterminent leur être ; c’est inversement leur être social qui détermine leur conscience. A un certain stade de leur développement, les forces productives matérielles de la société entrent en contradiction avec les rapports de production existants, ou, ce qui n’en est que l’expression juridique, avec les rapports de propriété au sein desquels elles s’étaient mues jusqu’alors. De formes de développement des forces productives qu’ils étaient, ces rapports en deviennent des entraves. Alors s’ouvre une époque de révolution sociale. […] A grands traits, les modes de production asiatique, antique, féodal et bourgeois moderne peuvent être qualifiés d’époques progressives de la formation sociale économique. Les rapports de production bourgeois sont la dernière forme contradictoire du processus de production sociale […]. Les forces productives qui se développent au sein de la société bourgeoise créent en même temps les conditions matérielles pour résoudre cette contradiction. Avec cette formation sociale s’achève donc la préhistoire de la société humaine » (Critique de l’économie politique – Marx).

La conscience humaine serait conditionnée par les modes de production et ainsi le travail déterminerait l’homme, et non l’inverse. Et selon Marx, le prolétariat, plus nombreux d’entre toutes les catégories sociales, ne peut  continuer qu’à se développer, jusqu’à renverser toute résistance entravant son développement. L’homme entrera donc définitivement dans l’histoire lorsque l’unicité sociale sera établie. Marx présente ce cheminement sociétal comme une vérité indépassable et incontournable, et c’est en cela que la doctrine prend un tour quasi-religieux. Tous ceux qui n’y adhèrent pas deviennent dès lors insensés, voire suspects, car personne ne peut échapper à ce principe déterministe. Tout antagonisme est irraisonné, la thèse marxiste ayant démontré l’absoluité du sens historique. Sauf que la pensée de Marx et d’Engels, à l’époque où elle est écrite, n’a pas encore été expérimentée. A ce stade, elle n’est guère qu’un discours de plus. L’expérimentation viendra plus tard et se soldera par les pires totalitarismes. Est-ce à dire que le marxisme fût dévoyé par ceux qui politiquement s’en réclamèrent ? Est-ce qu’il aurait pu en être autrement ? N’oublions pas que Marx légitime la révolution et la dictature du prolétariat comme phase ultime avant que d’atteindre le bonheur pour tous. Pourquoi celui-ci alors n’est-il pas venu ? L’être humain ne serait-il pas suffisamment sage pour vivre le marxisme ? L’homme du XXème siècle c’est certain ne l’était pas. Marx s’est trompé en postulant sur un sens historique déterminant car sinon, la violence étatique n’aurait pas été nécessaire pour que la société soit modifiée. Faut-il lors rééditer l’expérience marxiste ? L’homme du XXIème siècle serait-il prêt à accepter un projet collectiviste, modéré en limitant la collectivisation aux seuls moyens de production, humaniste en plaçant l’homme au cœur du système  ? L’individualisme régnant aujourd’hui laisse à penser que non.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article