Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les chemins de la culture

Les chemins de la culture

Philosophie, économie, politique, littérature, la culture rendue accessible à tous

Une présentation des divisions métaphysiques...ou l'idéalisme et le matérialisme au choix pour sauver sa peau

Materialisme-idealisme-metaphysique-philosophie.jpgDepuis vingt cinq siècles qu’elle existe, la métaphysique est structurée en deux camps : l’idéalisme et le matérialisme. Il n’y a guère de troisième voie, celle s’en réclamant étant bien plus un agencement, plus policé ou radical, de l’un ou l’autre, voire de l’un et de l’autre improbablement réunis, des deux courants métaphysiques qui s’opposent. Le terrain d’opposition peut d’ailleurs se résumer en une seule question : est-ce l’esprit qui est à l’origine de tout, ou bien s’agit-il de la matière ? Esprit puis matière ? Matière puis esprit ? Tel est pour l’essentiel l’objet du débat qui animent les penseurs depuis l’Antiquité et qui fait de la métaphysique un champ réflexif toujours en vigueur. Aucune réponse en effet n’a été trouvée, car les propositions de chacun des deux camps ont autant de valeur intellectuelle l’une par rapport à l’autre, ou plutôt aucune n’a le poids d’une démonstration ou d’une preuve irréfutable. C’est d’ailleurs bien ce qui fait la métaphysique que l’absence de force démonstrative, expérimentale, apodictique. Toujours est-il que les idéalistes ont dominé les matérialistes. On trouve chez les premiers des philosophes comme Platon, Saint-Augustin, Descartes, Leibniz, Kant, Hegel, ou encore Bergson. Les seconds les plus illustres sont Epicure, Lucrèce, Diderot, Marx, sans oublier Freud, si tenter qu’il faille le considérer comme un philosophe. Les matérialistes se sont cependant bien défendus, et l’idéalisme est même aujourd’hui à la peine. Darwin, puis maintenant la neurobiologie, sont notamment passés par là. Avec le darwinisme, il est admis que l’homme est une espèce animale comme les autres quant à son origine et à son évolution, n’en déplaise aux créationnistes minoritaires mais toujours actifs. Concernant la neurobiologie, les découvertes réalisées plaident en faveur des matérialistes, en plaçant le cerveau au centre de la pensée humaine. L’âme, ou encore l’existence d’un esprit immatériel aux commandes d’un dessein intelligent, comme Dieu par exemple, sont des énoncés dorénavant de plus en plus contestés. Pour autant, il n’est pas nécessaire de condamner toute métaphysique idéaliste. Après tout, quel mal y-a-t’il à considérer que l’homme n’est pas là par hasard, et qu’ainsi notre sort n’est pas réduit à la perspective du néant. A chacun sa façon de sauver sa peau ! Et qu’elle soit idéaliste ou matérialiste, toute métaphysique, en s’interrogeant sur l’étant et en énonçant des principes ontologiques, conclut sur une fin dernière, pour répondre à la question que posait Kant et qui nous concerne tous : que nous est-il permis d’espérer ? Beaucoup pour celui qui croit en Dieu, à condition de contraindre son existence au respect de préceptes religieux, avec l’idée qu’un monde meilleur nous attend. Rien pour l’athée, et donc il est de toute urgence de vivre pleinement dès à présent, au présent.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article