Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les chemins de la culture

Les chemins de la culture

Philosophie, économie, politique, littérature, la culture rendue accessible à tous

Quand Voltaire condamne l'homosexualité...et se trompe deux fois

 

Voltaire-homosexualite.jpgVoltaire a su élever les esprits et restera à jamais une figure essentielle des Lumières. Mais un auteur, aussi prestigieux soit-il, a parfois sa part d'ombre, et il n'est pas interdit de la commenter. A propos de l'homosexualité, le philosophe français écrivait qu'il y voyait « un vice destructeur du genre humain, s'il était général, et un attentat infâme contre la nature ». Ainsi, Voltaire reproche deux choses aux homosexuels : de ne pas concourir à la perpétuation de l'espèce et de s'opposer à la nature. S'agissant du premier argument, Voltaire adopte une approche que l'on peut qualifier de kantienne, en s'en remettant au caractère universel de ce qui est fait pour moraliser l'acte. Sauf que selon les règles morales définies par Kant, c'est la maxime d'une action qui doit être universalisable, et non l'action elle-même. Autrement dit, un rapport homosexuel n'est pas immoral à condition que l'autre soit consentant. L'universalité tient ici sur le consentement, ce qui est différent de penser la moralité de l'homosexualité sous l'angle de la généralité. Quant à la seconde accusation, nous pourrions demander à Voltaire ce qui peut être contre-nature à partir du moment où tout ce qui existe est dans la nature. A considérer qu'une chose dite naturelle soit nécessairement morale, nous pourrions aussi rétorquer que certains traits de la nature humaine ne présentent guère d'impératif en terme de moralité, comme l'égoïsme par exemple.

Ainsi, dans une même phrase, Voltaire se trompe deux fois, ceci en voulant adosser l'orientation sexuelle à une condition morale, par référence à la nature. Mais la nature n'exige rien, elle n'a aucune volonté. Qui sommes-nous pour lui prêter une quelconque intention, ou parler à sa place ? Et si l'espèce humaine venait à disparaître de la surface de la Terre, la nature n'en continuerait pas moins d'exister. Les aspects moraux appartiennt à l'homme, et rien qu'à lui, mais la sexualité doit en être exclue, sauf sur un point essentiel pour le bien-être de tous : tout rapport sexuel doit être librement et absolument consenti par ceux qui s'y adonnent, quelque soit leur inclination.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

haikufranc 16/02/2015 04:38

Votre article me parait des plus pertinent quant a la personalité de Voltaire assez controversé sur bien des points phylosophiques et qui helas infuent dans bien des consciences conservatrices francaises et europeennes sans grandes references autres que cet homme de lettre a qui je prefere de loin Montesqieu.
C EST POURQUOI JE FERAIS DE CE GRAND HOMME DE LETTRE LA RISÉE PROVOCATRICE DE CES IDEES CONFUSES AU SUJET DE L HOMMOSEXUALITE ET DE LA RELIGION......PAR UNE SATIRE haute en couleur POUR BIEN DE CES ECRITS INFAMANTS QU IL A PU.JUSQU A NOS JOURS POSTMORTHEME nous TENIR POUR embrumer tant d esprits par la prouesse unique d une dialectique si specieuse se resumant au talent d un pur sophiste -verbeux
JE CONSPUE VOLTAIRE ET SA " DUPLICITÉ DE LANGAGE"
MAIS LUI RECONNAIS UNE CERTAINE LIBERTE ET COURAGE D EXPRESSION POUR SON EPOQUE

sandiego 16/12/2014 18:05

C
est absolument vrai quant vous retorquez la nature ne dit rien,elle ne parle pas,Alors si nous pouvions dispataitre,la nature continuerait a exister.Je crois que Voltaire a bien dit.Nous qui sommes nes avons trouve des choses qui naturellement font des exigencies morales afin de distinguer ce qui est correct et tout ce qui l'est pas.Tout le monde sait pertinemment les femmes sont faites pour l'homme et que celui-ci est fait pour entreprendre,c'est a dire rencontrer son sex oppose.
Dieu ,après avoir cree l'homme,a cree la femme seulement pour lui et bpour lui seul.Mais malheureusement aujourd'hui beaucoup de gens cherchent toujours a trouver des arguments irreels,sans sens,sans fondement,sans vie,sans sel,sans epice pour essayetr de convaincre des naïfs.Pourtant il n'y a aucun,je dis aucun argument qui puisse prouver cette salete.
Donc si un home etait fait pour un autre,la femme ne se serait pas creee .Voltaire comme un grand philosophe de son temps a eu raison de dire avoir ''relation'''avec lun etre de meme sexe est infame, honteux et immoral,et c'est agir contre nature.Un e personne ou un etre ne peut pas se laisser attire par un autre de meme sexe.

haikufranc 16/02/2015 04:56

Vous fumez ou vous buvez cher monsieur?
Non vous faisiez l eloge de votre catechisme l ostie en bouche
Vous saviez que les animaux sont homos aussi?
Non? Voud n etes un annimal mais vous prnsez etangement
A la femme comme a organe reproducteur
Le plaisir mr catho on l a avec qui ont veut entre gens consentent
Et basta ta litanie judeo chretienne

Theophile 22/05/2013 20:32

je ne comprends rien ni à l'article ni aux commentaires.

haikufranc 16/02/2015 04:49

Normal.il.est ecrit voltaire est homophobe comme appuyé par des textes
Mais non CE GRAND HOMME DE LETTRE DOIT ETRE EXCUSABLE DE CES ECRITS PAR N IMPORTE QUEL RHETORIQUE A LA CON DU PREMIER DEFENSEUR DE VOLTAIRE
Le plus marrant est la confusion faite entre pederaste et hommosexuel et pk.pas pedophilie avec
Respect y a rien a comprendre, c est comme voltaire et l.islam
La c est la valse de la mauvaise foi

marc 30/08/2011 15:39


L etre humain a une dignite mais jusqu ou est il pret a la rabaisser pour son plaisir ,sans ca sa se serai le ko dans le monde. je pese mes mots mrs


hhff 21/04/2016 18:08

Fhyu

Claude 01/10/2010 12:31


bonjour,

Lorsque vous écrivez "Autrement dit, un rapport homosexuel n'est pas immoral à condition que l'autre soit consentant", votre prémisse est "un acte relationnel est moral si les deux sont
consentants". Or pour prendre deux contrexemples, le droit français (que je suppose sur ces deux exemples moral) interdit la mutilation, ou encore la signature d'un contrat de travail avec une
rémunération inférieur au smic, alors même que l'employeur et l'employer pourraient y consentir.
Aussi, je ne crois pas que l'on puisse définir ce qui est moral par le seul consentement. Ce n'est ni suffisant, ni même - dans certains cas très précis comme la légitime défense, où l'on frappe un
agresseur au risque de le blesser gravement - nécessaire.

De plus, l'argument "contre nature" est à comprendre au sens aristotélicien du terme et non au sens post-ockhamien du terme. En effet, il est pour Aristote naturel pour l'homme d'être rationnel et
c'est probablement en ce sens que Voltaire dit que l'homosexualité n'est pas conforme à la nature, nature rationnel de l'homme. Aussi, quand vous écrivez "Mais la nature n'exige rien, elle n'a
aucune volonté", vous ne parlez pas sans doute de la même nature que Voltaire, qui est sans doute là-dessus post-stoïcien ou post-aristotélicien et qui croit à la rationalité de la nature humaine.
C'est je crois plutôt la dignité de l'homme rationnel (qui justifie par exemple les droits de l'homme) qui "exige" et qui "veut" (si tant est que la morale soit d'abord affaire de volonté) des
pratiques de vie non-homosexuelles. Sans doute estimait-il (mais c'est à vérifier, quels sont les références du texte ?) que les pratiques de masturbation réciproque, de fellation ou même de
sodomie n'étaient pas conforme à la nature rationnelle de la personne humaine, et donc souhaitable à ses amis, parents ou enfants. Ceci est un essai très provisoire de définition de la moral.

Bien cordialement,


haikufranc 16/02/2015 04:42

Il est impossible de repondte a un rheteur comme vous empreint de religiosité chretienne