Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les chemins de la culture

Les chemins de la culture

Philosophie, économie, politique, littérature, la culture rendue accessible à tous

Matérialisme et spiritualisme

Materialisme-spiritualisme.jpgLa matière se définit communément comme tout ce qui est perceptible par nos sens, ce qui est concret, visible. D’un point de vue étymologique, elle s’oppose à l’esprit, qui est une faculté de représentation d’ordre abstrait de la réalité, par l’usage de l’intellect. Cette opposition est-elle cependant si évidente lorsqu’il s’agit à tout à chacun de disposer d’une vision intelligible de son environnement ?  La matière et l’esprit sont-ils en contradiction dans cet effort qui nous incombe à tous de comprendre pour décider le plus adéquatement possible ? La distinction entre la matière et l’esprit n’est-elle pas la transposition d’une séparation couramment admise entre le corps et l’âme, dont Descartes fût l’avocat ? A moins qu’il existe une autre structure qui soit la réunion ou la synthèse de l’esprit et de la matière ? En définitive, la réalité est-elle matérielle ou spirituelle ? Deux théories se contredisent concernant cette dernière interrogation. La première est le matérialisme qui précise que tout n’est que matière. L’esprit n’existe point, tout juste s’agit-il d’une illusion. Le grec Démocrite défendit cette position en représentant le monde comme une association d’atomes et de vides. Les épicuriens développèrent également cette perspective dans leur démarche philosophique. A contrario, le spiritualisme défend l’idée que seul l’esprit existe, la matière n’étant qu’une apparence. A l’extrême de cette position se distingue l’église gnostique qui s’écarte de la pensée chrétienne en n’accordant aucune place divine à une quelconque matière, notamment en ce qui concerne la rédemption et l’incarnation dont les effets sont liés à la chair corporelle. Le matérialisme et le spiritualisme sont chacun dogmatique en ce sens qu’aucune des deux théories n’acceptent une conciliation entre la matière et l’esprit. La réalité est cependant tout autre, ne serait-ce que sous un angle épistémologique. En effet, la quête de connaissance de la matière qui anime l’homme faut l’usage de l’esprit par la force réflexive qu’elle nécessite.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Clovis Simard 10/10/2012 21:44

Voir Blog(fermaton.over-blog.com).No-9 - THÉORÈME SARTRE. - Pensée moderne ?