Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les chemins de la culture

Les chemins de la culture

Philosophie, économie, politique, littérature, la culture rendue accessible à tous

La réminiscence, ni divine, ni essentielle, mais un mystère

Reminiscence-philosophie-initiation-cours.jpgLa réminiscence est considérée généralement comme un souvenir qui revient de profondeurs inconnues, comme une projection inconsciente. Ce souvenir semble ne pas nous appartenir, ne pas nous concerner, et pourtant nous nous souvenons. La réminiscence ainsi est mystérieuse et en tant que telle, elle fait l'objet de propositions. Souffe de Dieu à l'oreille du sujet ? On peut le croire et alors la réminiscence serait une preuve de l'existence de Dieu. On peut aussi ne pas y croire, ou différemment, comme le fît Platon. Celui-ci estime en effet que la réminiscence est le témoignage d'idées éternelles, une remémoration de ce que l'âme, avant que d'être emprisonnée dans un corps l'assujettissant à des réalités sensibles et par conséquent illusoires, a connu. La réminiscence est alors un retour en arrière, la découverte de ce que nous connaissions déjà sans le savoir, une révélation à laquelle nous sommes partie prenante. Dans cette optique, la science en visant la vérité, serait bien plus une observation du passé que de l'inconnu, une remise à niveau, une correction. Certes on peut très bien admettre que la vérité est éternelle. Ce qui est vrai, comme cette plume qui gratte le papier à l'instant où j'écris, l'est maintenant, et le sera demain, après demain, dans un an, dans mille ans...Il restera toujours vrai, éternellement, que maintenant j'ai usé du stylo sur une page blanche. Mais l'éternité n'est pas que passé ; elle est aussi présente et future. L'avenir n'est pas tant la manifestation de ce qui est passé et éternel que de ce qui est possible. Tout ce qui se réalise et restera à jamais vrai ne conditionne pas absolument l'avenir. Autrement dit, je pense que rien n'est écrit, ce qui n'empêche pas certains évènements, de part leur importance, de conditionner en partie ce qui se passera. Ce n'est pourtant pas suffisant, suffisamment solide, pour faire d'idées un moteur universel et intemporel. La réminiscence reste ainsi un mystère, et lui attibuer une cause divine ou la déterminer comme le reflet d'essences transcendantes ne sont guère que des interprétations.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article