Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les chemins de la culture

Les chemins de la culture

Philosophie, économie, politique, littérature, la culture rendue accessible à tous

La langue est le langage moins la parole...mais la parole permet la survie de la langue

Langue-langage.jpgLa langue n’est pas le langage. A ce propos, c’est peut-être De Saussure, linguiste de renom du XIXème et début XXème siècle, qui nous renseigne le mieux : « La langue, c’est le langage moins la parole ». De ce point de vue, pas besoin de parler pour que la langue existe, contrairement au langage. C’est ainsi la parole  qui les différencie, mais lie également langue et langage. Celles-ci ont aussi ce point commun : elles sont universelles, mais à un degré différent. Le langage en effet est pratiqué par tous, en s’appuyant sur une langue. Cette dernière n’est cependant pas la même d’un groupe humain à un autre. La langue est diverse, et c’est cette diversité qui fait les civilisations. Néanmoins, quelque soit la culture, toute langue, et elles sont nombreuses, pratique de la sorte : elle est une combinaison de sonorités élémentaires qui produit du sens une fois associées. Il suffit ensuite de sonoriser cette association, avec la parole, pour qu’une idée, un sentiment, une envie, devienne une réalité matérielle. Mais la langue, nous l’avons dit, n’existe pas exclusivement avec l’extériorité. Elle sert également à raisonner. Elle régule nos pensées, les ordonne, leur donne de la cohérence, donc de la puissance. Il n’empêche qu’il a fallu de la raison pour que la langue soit. L’homme en effet n’a pas toujours été bavard. Ou alors il est devenu humain en prononçant ses premiers mots. Nous dirons ainsi que la raison précède la langue, et pour s’en convaincre observons un nouveau-né. Il ne parle pas, il crie. Il lui faudra quelques années pour que le langage devienne son quotidien, et ce grâce à ses capacités intellectuelles en développement. La langue n’en est pas moins reconnaissante, en permettant à celle qui l’a permise, la raison, de s’entretenir avec son emploi. Comme quoi la langue n’est pas transcendante, mais immanente, à tel point que certaines langues disparaissent faute d’être utilisées. On comprend bien que la langue soit le langage moins la parole, mais il faut de la parole pour que la langue survive au temps. La disparition d’une langue est toujours une perte pour l’espèce humaine, comme une part d’humanité en moins, car la langue et le langage font l’homme.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article