Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les chemins de la culture

Les chemins de la culture

Philosophie, économie, politique, littérature, la culture rendue accessible à tous

L'imagination critiquée par Descartes et Pascal, encensée par Nietzsche...ou l'imagination plus libératrice que la logique

Imagination.jpgL’imagination est un processus visant à reproduire mentalement ce qui existe, ou ce qui n’existe pas. C’est peut-être cette faculté de faire de l’esprit un terrain mystérieux où l’inexistant prend ses quartiers qui fascine le plus, ou qui donne le plus à critiquer. Descartes par exemple se méfie de l’imagination. Il la trouve limitée, ce que la raison ne serait pas. On peut certes imaginer beaucoup, mais il reste toujours des choses inimaginables. Combien ? On ne peut le savoir car toute vue de l’esprit échoue justement pour ce qui est inimaginable. Pascal à son tour critiquera l’imagination. D’après l’auteur des Pensées, elle tyrannise, en permettant à certains d’instrumentaliser la peur des gens pour servir leur pouvoir personnel, comme les juges, ou encore les prêtres. Ceux-ci, en ne faisant rien qu’avec apparat, inspireraient le danger, et cette inspiration ne serait rendue possible qu’avec l’imagination. Imaginer pour Pascal, c’est se fourvoyer dans des superstitions ou des croyances qui contraignent bien plus qu’elles ne libèrent. Mais tout avertissement sur le caractère pernicieux de l’imagination serait vain. On ne pourrait s’empêcher, selon Pascal, d’imaginer, parce que l’imagination n’est pas que la peur, elle a aussi des attraits, elle est une « maîtresse d’erreur et de fausseté, et d’autant plus fourbe qu’elle ne l’est pas toujours ». Nietzsche plus tard préfèrera le côté attrayant de l’imagination. Il la considère d’ailleurs comme libératrice. Pour lui, imaginer permet de s’échapper des calculs, de la logique implacable dans laquelle l’esprit n’a comme seule perspective que l’acquiescement. Avec la logique, il n’y a qu’une issue. Avec l’imagination, c’est tout le champ des possibles qui s’ouvre. Descartes et Pascal ont certainement raison en partie à propos de l’imagination, mais avouons que l’idée de Nietzsche est bien plus séduisante sans être plus erronée que celle de ses prédécesseurs.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article