Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les chemins de la culture

Les chemins de la culture

Philosophie, économie, politique, littérature, la culture rendue accessible à tous

L'anthropocentrisme, nom savant donné au narcissisme de l'homme

 

Anthropocentrisme.jpgL'anthropocentrisme consiste à placer l'homme au centre de tout, et cela même si la science l'a destituée de cette première place. En effet, comme Freud l'explique dans ses Essais de psychanalyse appliquée, Copernic d'abord nous repositionna au sein de l'Univers en tant qu'élément ni plus, ni moins important que d'autres. Puis Darwin démontra que l'être humain est le fruit d'une évolution naturelle, et non le fait d'une création supérieure. Vint ensuite Freud lui-même, nous apprenant que l'homme n'est pas en mesure de se gouverner soi-même, l'inconscient étant le seul maître à bord. D'autres, comme Marx, ajouteront que même l'histoire, qui est pourtant le déroulé d'une expérience collective à laquelle l'homme appartient, échappe à ce dernier. Voilà de quoi contrarier profondément le narcissisme de l'homo-sapiens, qui plus est sur la base de vérités prétendues objectives par lui-même. L'homme abandonna-t-il alors cette sorte d'arrogance le représentant comme l'axe essentiel liant toute chose ? Pas vraiment, ou plutôt il s'est trouvé quelques consolations, dans la philosophie notamment, avec Kant, en ramenant toute question à l'homme. La psychanayse l'a soutenue également pour se maintenir dans une représentation anthropocentriste. Quoi de plus fascinant en effet que cet individu dont les profondeurs de l'âme, qui pourtant animent son corps, lui sont inaccessibles. L'homme psychanalysé devint d'une complexité unique, le rendant ainsi exceptionnel au sein de la nature. Même si la science a ainsi détrôné l'homme, elle ne lui a pas confisqué les clefs de son royaume.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

jean louis 30/09/2010 11:40


On pourrait voir aussi dans ces blessures narcissiques, la remise en cause de la conception de l'homme précédente et son remplacement par une nouvelle. Ce qui se passe tous les jours dans la vie
quotidienne interviendrait à un niveau plus vaste et plus diffus. De quoi s'agit-il ?

La blessure d'amour propre, et le système de pensée appelé narcissisme, ne devraient pas, en toute logique, nous faire souffrir. Leur manifestation devrait beaucoup nous amuser et nous intéresser
si nous comprenions que ce qui est atteint, ébréché est une image, et que cette image est le fruit d'une adaptation à la société. Cette image sociale est le témoignage de notre bonne volonté, de
notre prise en compte des critères, valeurs et normes en vigueur, de notre désir de collaborer au pacte social, de l'honorer. Cette image sociale est le reflet de cette société. Une
construction.

Aussi quand des critiques venant de la société, de leurs représentants ou de personnes qui se sont construites une image sociale un peu différente visent notre image, c'est comme s'ils se
critiquaient ou se rejetaient eux-mêmes, se moquaient de leurs propres efforts pour être sociables.

Quant à nous, nous pourrions dire que ce qui est remis en cause est un devoir social que nous accomplissions simplement pour faire plaisir mais si cela ne plait pas, on ne verrait aucun
inconvénient à laisser tomber.

Donc les révolutions dont vous parlez sont surtout déstabilisantes pour tous ceux qui enseignent et prêchent en fonction du paradigme en cours.


Antigone soi disant 06/06/2010 17:42


Article très intéressant, qui révèle bien comment le narcissisme est irrépressiblement inhérent à l'homme. Narcissisme moins complaisant, mais narcissisme tout de même... mais peut-être est-ce
salutaire, dans le sens où l'absence totale de narcissisme mènerait à un nihilisme des plus profonds?